Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chanteurs

  • Musique. Kimberose, nouvelle étoile de la soul

    Victor Hache, L'Humanité

    Kimberly Kitson Mills, chanteuse aux origines anglo-ghanéennes du groupe Kimberose, sort son premier album, Chapter One. Un opus aux contours jazzy, teinté de modernité, où elle révèle une voix digne des plus grandes artistes de soul music.

    Vingt-six ans et déjà tout un vécu dans la voix. Kimberly Kitson Mills, chanteuse du groupe Kimberose, vient de sortir l’album Chapter One. Soit le premier chapitre de l’œuvre d’une artiste qui a d’abord écouté la BO de son époque (Beyoncé, Britney Spears, etc.), avant de tomber amoureuse de la soul music : « Ce qui m’a plu dans la soul, c’est le côté non lisse, confie-t-elle. Etta James qui fait partie de mes divinités, la première fois que je l’ai vue chanter grâce à des vidéos sur YouTube, j’ai pris une claque. C’est rare des artistes qui se donnent comme ça, à s’en faire mal. Elle n’essaie pas d’être belle, elle vit sa musique. Quand elle dit “I love you”, on y croit. »

    Parmi ses références, il y a aussi Billie Holiday, dont le timbre l’a transpercée dès la première écoute : « J’ai pleuré, je n’avais jamais entendu une intonation pareille. Elle a inventé une façon de chanter. » Mais, quand Kim monte sur scène, on pense surtout à Amy Winehouse, à cause de ce mélange de force et de fragilité que l’on sent au travers de sa voix : « C’est une artiste qui m’a beaucoup touchée. Elle a amené cette sincérité, un côté sans filtre qui est en voie de disparition. »

    Lire la suite

  • Musique. Julia Biel album arc-en-ciel

    Fara C L'Humanité

    La chanteuse tresse ses racines sud-africaine, allemande et britannique avec ses amours jazz et pop. On entend la lumière.

    Remarquée en 2015 à Jazz in Marciac, Julia Biel partage avec pudeur, en son nouveau CD, la paix intérieure qu’elle a conquise. La vie ne l’a pas ménagée. La chanteuse germano-britannique a dû surmonter la douleur du deuil, à la suite du décès de sa sœur, emportée par un cancer. Pour celle-ci, elle a écrit l’émouvante cantilène Hymn to the Unknown. Ses mélopées éthérées portent, au gré d’un album aux fragrances jazz, pop et folk, une plénitude musicale et émotionnelle.

    Lire la suite

  • Musique. Oumou Sangaré, l’Afrique en fraternité

    Fara C. L'Humanité

    Pour beaucoup d’Africaines, Oumou constitue un modèle de courage, de pugnacité. Elle n’a cessé de s’insurger contre les violences conjugales, l’excision, l’injustice sociale...

    Dans son CD Mogoya, la célèbre chanteuse malienne conjugue la gravité de sa conscience et un groove qui appelle à la danse. Bientôt en concert à Paris.

    Lire la suite

  • Somi au sommet

    Lors d’une unique escale en France concluant sa tournée européenne, la chanteuse Somi (notre photo), présente son CD, « Petite Afrique », qui rend hommage à la diaspora africaine d’Harlem, dont les plus pauvres ont dû quitter le quartier, investi, confisqué, par les promoteurs immobiliers et la bourgeoisie. Née en Illinois de parents immigrés d’Ouganda et du Rwanda, elle a coproduit l’opus avec Keith Witty.

    Les coups de cœur de Fara C. Humanite.fr

    Lire la suite

  • Jil Caplan, belle Imparfaite très swing

    La chanteuse du tube Tout c’qui nous sépare fait son retour après dix ans d’absence et sort un délicieux album d’inspiration jazz.

    Des années que Jil Caplan n’avait pas fait parler d’elle. Alors, elle ouvre son cœur comme pour rattraper le temps qui passe, « qui nous aide à comprendre mieux qui on est, confie-t-elle, ce qu’est le rapport humain, même si cela reste un grand mystère ». La chanteuse, qui a marqué le paysage de la musique dans les années 1990 avec des tubes comme Tout c’qui nous sépare ou encore Natalie Wood, revient avec Imparfaite (Washi Washa/Warner). Un titre qui pourrait bien lui ressembler, dont elle s’amuse : « Pendant longtemps, on cherche une espèce de perfection. On nous demande d’être des super-amantes, super-femmes, super-mamans. Et puis on vieillit, on fait la paix avec tout ça. En fait, Imparfaite, pour moi, c’est pacifier quelque chose. C’est accepter de ne pas être parfaite, tout simplement. »

    Lire la suite