Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique. Oumou Sangaré, l’Afrique en fraternité

Fara C. L'Humanité

Pour beaucoup d’Africaines, Oumou constitue un modèle de courage, de pugnacité. Elle n’a cessé de s’insurger contre les violences conjugales, l’excision, l’injustice sociale...

Dans son CD Mogoya, la célèbre chanteuse malienne conjugue la gravité de sa conscience et un groove qui appelle à la danse. Bientôt en concert à Paris.

 

Après huit ans de silence discographique, Oumou Sangaré revient en beauté sur le devant de la scène, avec l’album Mogoya, aux luxuriantes résonances tradi-modernes et au groove incandescent. La chanteuse, auteure et compositrice malienne prend le temps de laisser mûrir les musiques et les textes que l’inspiration sème en elle. À l’instar du regretté Ali Farka Touré, elle mène de front sa carrière d’artiste et de multiples autres activités, notamment dans l’agriculture. C’est avec autant de fierté qu’elle nous parle de son disque et de sa ferme pilote et du riz qu’elle a décidé de ne plus importer mais de cultiver sur place, au pays. « Début 2017, nous avons eu notre première récolte, s’exclame-t-elle, enthousiaste. Je veux prouver aux Africains que notre continent est capable de produire certaines des denrées que nous importons. Je prône l’autonomie de l’Afrique comme celle de la femme. » Dans Mogoya, elle dispense ses conseils avisés de femme obstinée, qui a fait face à de nombreuses épreuves.

« Il ne faut pas laisser d’espace à la peur, je refuse la terreur »

Pour beaucoup d’Africaines, Oumou constitue un modèle de courage, de pugnacité. Dès sa première cassette, intitulée Moussolou (« les femmes »), au tournant des années 1990, elle a défendu des idées féministes, en véritable éclaireuse. Elle n’a cessé de s’insurger contre les violences conjugales, l’excision, l’injustice sociale, la déforestation… Quand on lui demande si elle ne ressent jamais de peur à traiter de sujets aussi graves, elle répond, la tête haute : « Il ne faut pas laisser d’espace à la peur, je refuse la terreur. Au début, je craignais d’aborder la question, très délicate chez nous, de l’excision. Mais, après réflexion, en pensant aux souffrances des fillettes qui la subissent, en voyant les larmes de femmes devenues stériles ou malades, je me suis dit qu’il était de mon devoir d’en parler. » De tragiques événements ont frappé son pays. Elle ne se tait pas plus aujourd’hui qu’hier. « J’ai dû apprendre à lutter dès mon enfance. Ce n’est pas adulte que je vais capituler. Les artistes, au Mali, n’ont pas cédé aux menaces des extrémistes, ce qui aurait été catastrophique. Nous n’allions pas donner à ces derniers le pouvoir de nous interdire la musique, la danse, la liberté. »

Le titre de la chanson Mogoya peut se traduire par « la relation humaine »

Dans la chanson Minata Waraba (« Minata la Lionne »), la dame de cœur rend hommage à sa mère (elle aussi chanteuse), pour les trésors de savoir et d’humanité que celle-ci lui a transmis. Fillette, elle la suivait dans les cérémonies de baptême et de mariage, pour unir sa voix à la sienne. « Ma mère m’a donné l’exemple de sa force morale. Elle me répétait : “Oumou, aie confiance en toi, compte avant tout sur toi-même.” Mon père nous ayant abandonnées alors que j’avais 2 ans, ma mère a galéré. Elle se retirait parfois dans sa chambre et pleurait, parce qu’il n’y avait rien à mettre dans la marmite. Alors, je courais dehors pour chercher le son des tam-tams. Si je trouvais des musiciens dans la rue, je me joignais à eux et chantais de toute mon âme. On me donnait un peu d’argent, que j’allais remettre à ma mère. » Tandis qu’Oumou la tendre évoque sa maman, âgée de 85 ans, des larmes perlent au coin de ses yeux. Pudique, elle enchaîne : « Aujourd’hui, ma mère est heureuse, je suis comblée. À 35 ans, j’ai éprouvé la nécessité de retrouver mon père et de lui apporter l’aide dont il avait besoin. Coincé dans une Côte d’Ivoire en guerre, il risquait d’être rançonné. Les bandits savaient que j’étais sa fille. J’ai fait construire, pour lui et sa famille, une maison au Mali. Quand il est décédé, en 2015, il est parti dans la paix. »

Le titre de la chanson éponyme de l’album, Mogoya, peut se traduire par « la relation humaine ». Il exprime les préoccupations d’Oumou Sangaré et son engagement pour une humanité pacifiée, en ces temps de trouble profond. Malgré la gravité des sujets qu’elle chante, Oumou illumine le monde, à la flamme d’une fraternité qu’elle attise sans relâche. Tout au long de Mogoya, sa voix puissante irradie une sérénité joyeuse et contagieuse.

 

Oumou Sangaré, CD Mogoya (No Format) ; 27 juin, Paris, à la Maroquinerie, http://oumou-sangare.com.
Mogoya, le disque

Pour Mogoya, Oumou Sangaré a rallié le fureteur label français, No Format. Le trio A.l.b.e.r.t, qui a réalisé l’album, imprime son originale french touch. Le piano électrique Wurlitzer danse bras dessus bras dessous avec l’ancestral ngoni malien et ses fragrances de forêt. D’insolites guitares innervent ou caressent la voix ample d’Oumou. Sur Djoukourou, le boss de la basse Étienne M’Bappé libère une pulsation entêtante, tandis que l’inimitable batteur Tony Allen, sur deux titres, prodigue sa frappe féline. Mogoya convie aux noces d’une technologie humanisée et d’un groove intimement africain.

Musiques du monde, Jazz, Rap

Les commentaires sont fermés.